Par le fer et le feu !

Chapitre II : Illumination

Après avoir réchappé aux mutants de Sepheris Secundus, les vaillants acolytes de l’Inquisition sont envoyés vers leur nouvelle destination : Iocanthus, et plus précisément la cathédrale en construction de Lueur d’Espoir. Accompagné du devin Aristarchus, il vont devoir résoudre le mystère qui plane autour des étrange phénomènes paranormaux signalés par les habitants.

[Récit à venir]

View
Chapitre I : L'Espoir Brisé

Un monde rude et gelé que celui de Sepheris Secundus. La population de mineurs y vit dans la misère la plus totale, travaillant jusqu’à l’épuisement ou la mort pour leurs maîtres implacables. Malgré les risques encourus, le désespoir de leur situation pousse parfois les foules à se soulever. Soulèvements qui sont généralement écrasés dans le sang par les forces armées locales. Mais la révolte qui déchira tout récemment la région des mines de Gorgonid s’était avérée particulièrement violente, à tel point qu’un détachement de la garde impériale fut appelée à se poser sur la planète pour pacifier les foules.

C’est au milieu de la mer de tentes que forme le campement du 97e bataillon de Sinophia que se pose une petite navette, avec quatre individus à son bord. Le premier est une brute au regard menaçant, qui porte dans le dos une lourde hache et un ensemble de plaques d’armures dépareillées sur le corps. Le second traîne sur le sol les pans d’un long pardessus de cuir, qui laissent parfois entrevoir la paire d’armes à feu qu’il porte à la ceinture. Son regard gris vigilant se trouve dans l’ombre d’un chapeau à large bords. Le troisième est un techno-prêtre portant les robes rouges caractéristiques du clergé de Mars, dont la capuche tombante cache les traits du visage. Le dernier enfin est chauve, et le tatouage sur son crâne l’identifie comme psyker assermenté de la Scholastica Psykana. Ce qui n’empêche pas son regard fébrile de parcourir les environs, avec une petite lueur de démence dans les yeux. Ces quatre individus ne sont pas des gens du commun. Ils sont des agents dépêchés par la Très Sainte Inquisition, et représentent ainsi un pouvoir aussi puissant que redouté. Mais pour autant, ils restent des pions totalement sacrifiables aux yeux de leurs maîtres. Et aujourd’hui est leur première mission sur le terrain.

Le débarquement se fait dans un paysage dévasté, parsemé de cratères, de ruines, et tuyaux rouillés qui crachent des résidus de gaz industriels. Les traces des combats récents sont visibles partout. Rapidement, ils sont dirigés vers les quartiers du commissaire de bataillon. Dans le camp, l’ambiance est lourde et le moral faible. Les quatre agents apprennent que les soldats descendus dans les mines ont eu à affronter des horreurs indicibles qui se terreraient dans les souterrains. Peu sont revenus vivant ou sain d’esprit à la surface. A présent l’entrée des mines est scellé et plus personne n’est autorisé à y pénétrer. Les soldats ne cachent pas leur déception d’apprendre que ceux les hommes qui leur font face ne sont que des acolytes. La plupart espéraient qu’un Inquisiteur se déplacerait en personne pour régler le problème. Il en va de même pour le commissaire, qui leur donne néanmoins un aperçu complet de la situation et leur fournit les équipements nécessaires à une exploration des mines. Car c’est bien pour cela qu’ils ont été appelés. Découvrir la menace qui se cache sous la terre, et si possible l’éliminer.

View

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.